Le développement durable. Que peut faire un architecte et un designer, et que peut faire un consommateur ?

Comment concevoir de manière responsable, tout en gardant un équilibre entre les besoins économiques et le développement durable ? Cela a été débattu, entre autres, par les panélistes « Sustainable Business Models in Interior Design » lors des 4 Design Days 2018.

La discussion a réuni : Wioletta Fabrycka – Directrice des relations avec la clientèle, RD Bud, Pete Kercher – Fondateur de l’Institut européen du design et du handicap, Ambassadeur du design pour toute l’Europe, Marco Poletti – Designer, Architecte, Mateusz Siwiaszczyk – Directeur des contrats Département, Mikomax Smart Office. La discussion a été animée par Joanna Borzic – PhD Chercheur, Frei University Amsterdam, Lodz University of Technology.

– Il n’y a pas de traduction exacte du mot “durabilité” en polonais. L'”économie circulaire” se traduit par économie circulaire, cycle fermé, développement durable. Cela signifie qu’il s’agit d’un concept nouveau et stimulant – la discussion a été lancée par Joanna Borzic – PhD Chercheur, Université Vrije d’Amsterdam, Université de technologie de Lodz.

Design Thinking – Le fondement du design durable

Le point de départ pour parler de développement durable dans le processus de design d’intérieur et d’objets architecturaux était des considérations liées au phénomène de design thinking. Créer des projets basés sur une compréhension approfondie des besoins des utilisateurs est un chemin que tout bon designer doit suivre.

Le Design Thinking est devenu populaire dans les modèles commerciaux généraux dans une variété d’industries. Qu’en est-il de l’approche « Design Thinking » de l’aménagement intérieur et de la décoration pour la durabilité ? Comment fonctionne la stratégie de design thinking en design d’intérieur ? demanda Joanna Borzic.

Un designer peut faire bien plus que simplement porter quelque chose de joli – a déclaré Pete Kircher, ambassadeur du design pour tous lors de la discussion lors des 4 Design Days. – La bonne approche de ce processus peut améliorer la vie de nombreuses personnes – a-t-il déclaré. – Je crois que la conception universelle, basée sur une approche holistique, peut contribuer à améliorer la vie de nombreuses personnes – a-t-il ajouté.

“Notre rôle est d’être le porte-parole des questions importantes”, a commenté Marco Poletti, un designer de Milan. Il faut garder les pieds sur terre si l’on veut répondre aux enjeux économiques d’une part, et permettre aux gens de mieux vivre d’autre part. Il vaut la peine de consulter des spécialistes de divers domaines à chaque étape de la conception – technologues, ergonomes, utilisateurs potentiels. Ce n’est qu’en abordant ce processus dans son ensemble que nous obtiendrons l’effet souhaité. Rassembler de nombreuses questions – y compris les besoins individuels des utilisateurs, la demande du marché et les possibilités technologiques pour la mise en œuvre du projet – est l’essence même de la réflexion sur le design, dont le principe est d’examiner le projet sous plusieurs angles – a-t-il déclaré.

Cependant, l’obstacle à la mise en œuvre de cette approche de conception est souvent mal compris. “La réflexion sur le design est la clé, et pourtant je reçois un tel contrecoup que je pense que cela vient du fait de ne pas comprendre le concept”, a déclaré Pete Kircher.

Smart grid, c’est-à-dire – n’oublions pas l’environnement

Au cours de la discussion, le sujet du concept de réseau intelligent a été abordé et comment on l’appelle le réseau électrique intelligent aide à construire des choses et à créer des intérieurs de manière durable.

– Nous devrions prêter attention au réseau intelligent, mais en Pologne, ce concept n’est pas encore suffisamment pris au sérieux. Remarqué et Yulita Fabrica. Peu connaissent les investisseurs qui pensent dans une perspective plus large, non pas sur les bâtiments eux-mêmes, mais aussi sur leur environnement. En attendant, il est très important de se souvenir de l’environnement et de l’utilisation de l’énergie, car c’est une composante si importante de nos vies, et nous y pensons encore beaucoup. Récemment, le concept de biophilie a été populaire parmi les designers. Cela vaut vraiment la peine d’introduire ses principes dans le design d’intérieur. Et il ne s’agit pas d’introduire immédiatement des technologies de pointe, il nous suffit parfois de pouvoir ouvrir une fenêtre derrière laquelle on peut voir la verdure – a ajouté l’orateur.

Le rôle du consommateur dans le modèle de conception durable

Lors de la mise en œuvre du concept de développement durable dans le processus de conception, le rôle du consommateur est tout aussi important que celui du designer. Que le « destinataire » du projet soit un client particulier ou, par exemple, une entreprise, il est un élément indispensable de l’ensemble du processus, l’une des « parties prenantes » qui ont une influence sur la forme finale du produit, interne ou de l’établissement.

– Il me semble que le concept de “participation des parties prenantes” – l’implication de nombreux groupes sociaux dans la conception, la co-création a commencé au début du XXe siècle, en même temps que la théorie de Maslow, qui proclamait le slogan de “reviving organizations” , c’est-à-dire relancer les organisations, a déclaré Joanna Borzik.

Mateusz Siwiaszczyk de Mikomax Smart Office a expliqué comment une conception universelle, tenant compte des principes de développement durable et du rôle privé du consommateur, pourrait se présenter dans la pratique. Lors de la conception des lieux de travail, utilisez le moins possible le recyclage ou des technologies qui nuisent à la société et à l’environnement. Nous pouvons voir comment le bureau est utilisé en analysant les performances de l’ensemble du bâtiment. Nous savons déjà aujourd’hui que les grandes salles sont inefficaces, car la plupart des réunions ne sont suivies que par quelques personnes. Nous essayons donc d’utiliser l’espace aussi efficacement que possible. Il a déclaré que les développeurs qui créent, par exemple, des salles de réunion partagées dans des installations, abordent cela de manière intéressante.

– Il s’agit d’une approche très responsable de la conception de l’espace de travail et de vie, qui convient à l’ère actuelle, où beaucoup de choses sont dictées par les soi-disant millénaires – a déclaré Golanta Fabrica. Un bureau bien conçu est ce qui les attire sur le lieu de travail et les concepteurs doivent en être conscients ainsi que les investisseurs.

Aller au-delà du design traditionnel

Au cours de la discussion, les participants à la session sont arrivés à des conclusions similaires – la principale d’entre elles étant la conviction que le processus de conception doit prendre en compte de nombreux aspects, y compris non seulement les besoins individuels des utilisateurs ou des investisseurs, mais également l’emplacement et l’environnement d’une installation particulière. , environnement ou ressources Énergie, mode de vie, travail, etc. « Vous devez aller au-delà de la conception traditionnelle, analyser de nombreuses variables différentes et prêter attention non seulement à votre propre développement, mais également à l’évolution du marché et des consommateurs », a déclaré Pete Kircher.

Joanna Borzic a résumé que si nous travaillons tous ensemble, réunissons les arguments pour et contre, nous pourrons certainement changer les choses – Joanna Borzic a résumé.

Vous avez aimé l’article ? Impliqué!

Leave a Comment