IGHP : Pâques et le week-end de mai sont moins fréquentés que les années précédentes

Photo : matériel de presse

Selon la dernière enquête de la Chambre de commerce hôtelière polonaise sur les résultats hôteliers en avril, le taux d’occupation des hôtels à Pâques et pendant le week-end de mai a été plus faible que les années précédentes. Les propriétaires d’hôtels s’inquiètent pour la période des fêtes en raison du faible niveau de réservations pour le mois de juillet.

Avril a été un autre mois d’amélioration des résultats par rapport au mois précédent et mieux cette année. De plus, comme en mars, les résultats des hôtels urbains (affaires) sont nettement meilleurs que ceux des hôtels non urbains (loisirs).
En avril, les hôtels, en particulier dans les grandes villes, accueillent toujours des réfugiés d’Ukraine, en revanche, tant pendant la période de Pâques (16-18 avril) qu’au début du soi-disant long week-end de mai (les deux derniers jours d’avril), qui préfèrent généralement séjourner dans des lieux de vacances, il n’a pas atteint des taux d’occupation élevés.

Le taux de participation n’est toujours pas satisfaisant

De tous les hôtels participant à l’enquête, seulement 18 pour cent. La fréquentation n’a pas dépassé les 30 %. (en mars c’était 25% des établissements), et un taux d’occupation satisfaisant supérieur à 50%. Ils ont acquis plus de la moitié des hôtels (en mars, c’était 40 %), dont 12 %. Les objets ont dépassé 70 %.

Dans les hôtels de la ville, plus de 60 %. Participation enregistrée de plus de 50 pour cent. Seulement 14 pour cent. Les objets n’ont pas dépassé le taux d’occupation de 30 pour cent. La proportion dans les hôtels non urbains était de 25 %, respectivement. Avec plus de 50% de fréquentation et 27% dans le groupe avec un taux d’occupation inférieur à 30%.

Comme en mars, les différences étaient plus évidentes lorsque nous avons examiné les établissements répartis entre les clients des secteurs des affaires et des loisirs. 65 % des hôtels d’affaires ont obtenu un score supérieur à 50 %. Participants. En revanche, le taux de participation était de 30 %. Pas seulement 10 %. Hôtels. Dans les installations récréatives, la proportion était de 36 %, respectivement. Plus de 50 % étaient présents et 28 % avaient un taux d’occupation inférieur à 30 %.

Les prix montent

Les données sur le prix moyen montrent systématiquement une tendance à la hausse continue. Les réponses des hôteliers indiquent que l’augmentation des prix par rapport à avril de l’année dernière et l’augmentation survenue il y a trois ans ont été enregistrées par la grande majorité et en même temps par un groupe similaire d’hôtels. Par rapport à 2019, une augmentation de 70 % a été indiquée. Des choses. Cependant, pour le mois d’avril de l’année dernière, il a atteint 80 %, dont 34 %. Les hôtels ont connu une augmentation de plus de 20 %. La nécessité d’augmenter les prix des hôtels résulte de la croissance dynamique des coûts des biens et services, comprenant notamment les prix du gaz et de l’électricité, ainsi que les salaires et traitements. Les conséquences économiques de la guerre en Ukraine sont un autre facteur qui a conduit à ces augmentations.

Courte période de réservation

Les données de réservations acceptées pour les trois prochains mois restent à un niveau similaire à celui des périodes précédentes, malgré une amélioration notable des deux prochains mois, soit mai et juin.
Pour mai, seulement 31 %. Les hôtels ont signalé un taux d’occupation inférieur à 30 %. (Il y a un mois, il était de 54 % en avril.) L’occupation entre groupes égaux (19 et 20 % des établissements chacun) varie de 31 à 40 %, respectivement. et 41-50 pour cent, et au-dessus de 50 pour cent. La participation a été indiquée à 30 pour cent. Hôtels.

Le mois suivant, juin, est également une amélioration par rapport à mai, sur la base des données d’enquête du mois précédent. Cependant, ici déjà 44 pour cent. Le taux d’occupation des hôtels est inférieur à 30 %. (Bien que c’était 75% il y a un mois pour mai). En revanche, le taux de participation dépassait 50 %. Seulement 20 pour cent. Des choses. Du point de vue de début mai, les perspectives pour juillet sont très mauvaises, ce qui soulève pour le moment des questions sur la saison des vacances en Pologne et fait craindre que, comme le week-end de mai, elle soit plus faible qu’elle ne l’était il y a un an. . Pas moins de 65 % des hôtels ont des réservations, moins de 30 %. occupation. Nous sommes donc toujours confrontés au phénomène de la période de détention courte, bien que les prévisions de mai et juin indiquent une légère prolongation de celui-ci. Les vacances, qui commencent dans un mois et demi seulement, n’ont pas incité les clients à faire des réservations anticipées.

Que le week-end soit meilleur que Pâques

Plus des 3/4 des établissements ont un taux d’occupation supérieur à 50 %, dont 42 %. Son assiduité était supérieure à 80 %. Sans surprise, au cours du week-end de mai, les installations de loisirs ont obtenu des scores nettement meilleurs que les hôtels d’affaires. Les 90 premiers pour cent ont un taux d’occupation de plus de 50 pour cent, dont environ la moitié est supérieur à 80 pour cent. Dans les hôtels commerciaux (urbains), 55 %, respectivement. La participation était supérieure à 50 % et supérieure à 80 %. En revanche, la saison des vacances a été plus faible en termes de tourisme à 65 %. Le taux d’occupation dans les hôtels est supérieur à 50 %. Taux d’occupation supérieur à 80 %. Seuls 22 % peuvent être heureux. Des choses.

Des réfugiés d’Ukraine dans près de la moitié des hôtels

En avril, c’est encore 43 %. Dans les hôtels étudiés, il y avait des citoyens ukrainiens, pour la plupart des mères avec enfants. Au total, leur nombre était de 6 400 personnes (adultes et enfants), soit une moyenne de 100 personnes par hôtel d’accueil. Les installations ont fourni plus de 10 mille. Nuitée, ce qui se traduit par environ 5 % de fréquentation.

146 hôtels situés dans toutes les régions ont participé à l’enquête, qui a été menée du 4 au 9 mai 2022. Parmi eux, 70 % le sont. Situé dans les villes. 26 % sont des objets réseau. La plupart des répondants (79 %) sont des hôtels de 150 chambres, 62 % sont des hôtels de moins de 100 chambres et la taille moyenne des établissements était de 97 chambres.

IGHP : les hôtels en Pologne se sont concentrés sur l’aide à l’Ukraine en mars

Leave a Comment