Voyageur de Kościerzyna – Robert Klassa se prépare pour la prochaine expédition de Kościerzyna

Robert Klass, un voyageur de Kościerzyna, prépare son prochain voyage. Cette fois, après de nombreux bouleversements, ce sera l’Islande, alors qu’auparavant c’était censé être le Spitzberg, qui doit encore attendre la visite des habitants de Kościerzyna.

Robert Klass, un habitant de Kościerzyna, a déjà voyagé en Sibérie, au Népal et en Iran. Cependant, les tendances orientales n’intéressent pas seulement notre interlocuteur. Il y a quelques années, il est également parti en Occident, plus précisément au Pérou.

De la nature sauvage de la Sibérie au Machu Picchu historique

La Sibérie a été la première et notre interlocuteur est revenu sur ce voyage avec beaucoup d’émotions, car il a pu visiter il y a de nombreuses années de nombreux endroits qui n’ont pas encore été touchés par la civilisation moderne, dont un exemple est le manque d’électricité. Il découvre la Sibérie en 2009, puis il est temps de partir au Népal. Le voyage a eu lieu en 2012, au cours duquel il a eu l’occasion de grimper et de randonner dans les montagnes les plus célèbres du monde, à savoir l’Himalaya.

Après le Népal, il a prévu un voyage dans le Caucase, mais en raison de la situation politique en Ukraine début 2014, il a dû changer le but de son voyage. Encouragé par ses amis et d’autres voyageurs, il décide de se rendre en Iran, l’un des pays musulmans les plus orthodoxes, qui, comme il l’avoue lui-même, a eu une grande influence sur lui. Il a surtout rappelé la gentillesse des gens et l’attitude positive des Iraniens envers les touristes. Comme il se souvient, ils étaient visibles à chaque pas – en ville, dans un refuge, etc.

Lors de son voyage en Iran, il a réussi à atteindre l’objectif principal de son voyage, qui est d’atteindre le plus haut sommet d’Iran – Damavand (5610 mètres d’altitude), qui est également un volcan endormi situé dans les montagnes d’Elbrouz.

Trois ans plus tard, il a voyagé dans l’autre moitié du globe pour voir l’un des endroits les plus mystérieux et les plus merveilleux du monde, le Pérou. Un pays dont le berceau était l’une des civilisations les plus anciennes et les plus avancées – l’État inca. Là, il a eu l’occasion d’admirer les ruines de Machu Picchu, l’une des sept merveilles du monde, ou de voir les îles Ballestas, un lieu situé dans la zone des eaux océaniques les plus fertiles du monde.

C’était censé être le Spitzberg

L’année dernière, il a commencé les préparatifs de la prochaine expédition, qui devait se terminer au Spitzberg. Cette idée est née par hasard, c’est-à-dire en regardant une émission télévisée sur le pôle Nord.

– Ça m’a beaucoup intrigué, d’ailleurs, je me suis souvenu des paysages que j’ai pu voir quand j’étais en Norvège il y a quelques années. J’étais à ce moment-là dans une zone à environ 300 kilomètres au nord de Trondheim. C’est alors que l’idée d’aller au Spitzberg est apparue – explique Robert Klasa.

L’itinéraire comprenait l’exploration de l’extrême nord le long de la route Longyearbyen-Pyramiden-Magdalenefjord-Ny Alesund-Virgohamna-Hornsund-Barantsburg-Liefdefjorden-Nordfjord-Longyearbyen. La route comprenait, entre autres, Belfjord, où l’ancienne colonie minière soviétique appelée Pyramiden se trouve sous une montagne en forme de pyramide, déserte à la suite de l’effondrement de l’Union soviétique.

– Ça allait être une aventure vraiment amusante, car j’étais censé être sur le yacht pendant deux semaines avec d’autres participants, non pas en tant que touriste, mais en tant que membre d’équipage. Nous étions censés préparer la nourriture pour tout l’équipage, nettoyer le pont et surveiller. À l’aide d’un ponton spécial, nous devions également nous aventurer dans des zones inaccessibles et profiter de la faune et de la flore qu’on ne peut pas voir depuis un bateau de croisière. Je voulais y aller car c’est l’un des rares endroits au monde qui n’a pas été touché par la civilisation. Avec le temps, un tel spectacle peut faire partie de l’histoire, comme dans le cas des endroits que j’ai visités en Sibérie – dit Robert Klasa.

Malheureusement, les plans du voyageur de Kościerzyna ont été brutalement vérifiés par la pandémie de coronavirus. En raison des restrictions très restrictives appliquées par la Norvège, le voyage s’est avéré impossible. Dans ce cas, Robert Klass a commencé à élaborer un nouveau plan de voyage, même si le rêve du Spitzberg n’a pas disparu de sa tête.

Après de nombreux bouleversements, il s’est retrouvé en Islande

– Je dois avouer que je voulais vraiment faire ce voyage, mais l’année dernière il y a eu des problèmes de santé et le voyage au Spitzberg était imprudent de ma part. Par conséquent, des facteurs supérieurs ont finalement décidé que la visite de cette région de notre monde devait attendre. Dans ce cas, j’ai décidé de reprendre la direction de l’est et je suis tombé au Kirghizistan – ajoute notre interlocuteur.

L’un des points les plus importants de ce voyage était les monts Tienshan, situés aux frontières de la Chine, du Kirghizistan, de l’Ouzbékistan et du Kazakhstan, dont le plus haut sommet est le Pic de la Victoire (7439 m). Un autre – la ville de Karakol, située à environ 150 kilomètres de la frontière sino-kirghize. Il abrite le musée Przewalski. C’est un lieu qui commémore le savant russe Nikolai Przywalsky, qui résidait dans cette ville en 1888 et mourut de la fièvre typhoïde. Un an plus tard, la ville a changé son nom en Przewalsk. Il resta en vigueur jusqu’en 1921. En 1939, le nom fut à nouveau changé en Przewalsk, et après l’effondrement de l’URSS, le nom d’origine Karakoł fut ramené.

Alors que tout semblait bouclé jusqu’au bout, il s’est avéré que ce voyage n’aurait pas lieu.

– Il n’a pas été possible de terminer le set, donc le vol n’a pas eu lieu. C’est malheureux, mais ça arrive parfois. Cependant, il y avait une opportunité d’aller en Islande et cela a fonctionné. Elle a pris la dernière place, ce dont je suis très content – un résumé de Robert Klassa.

Dans le cadre de cette excursion, notre interlocuteur aura l’occasion de faire le tour de l’île. Inland Iceland est une expédition dans les zones les moins accessibles de la carte de l’Islande sous forme d’excursions. Landmannalaugar, ou les Rainbow Mountains, sera un moment fort. Le nom vient du fait que les nuances de rouge, de rose, de vert et de jaune doré changent de couleur pour refléter le mouvement des rayons du soleil, créant un paysage inégalé ailleurs dans le monde.

Robert Klassa part pour l’Islande le 16 juin et doit revenir le 1er juillet. Bien sûr, nous présenterons ses impressions de ce voyage à nos lecteurs après le retour du voyageur de Kościerzyna.

Une photo d’archive privée de Robert Klassa

La rédaction n’est pas responsable des commentaires des internautes sur l’article :
Voyageur de Kościerzyna – Robert Klassa se prépare pour son prochain voyage. Si vous pensez qu’un commentaire doit être supprimé, veuillez le signaler en utilisant le lien “Signaler”.

Leave a Comment