Les marchés sont de plus en plus fréquentés. Le marché du e-commerce évolue

achats, internet, carte, ordinateur, portable, photo rupixen, pixabay

Les grandes plateformes de trading attirent de plus en plus de clients. Amazon, les marchés chinois et même Allegro polonais sont une énorme menace pour les détaillants en ligne.

Téléchargez le livre électronique Rapport sur le commerce électronique 2022

E-commerce

68847_download-rapport.png

Allegro entre sur le marché international

Cette information apparemment choquante a dominé les industries polonaises du commerce électronique au cours de la seconde moitié de février. Le ton intéressant de l’information est légèrement atténué par le fait qu’Allegro ne fait que commencer son expansion internationale, et jusqu’à présent, les acheteurs et les vendeurs de l’extérieur de la Pologne peuvent utiliser le même site, qui n’est traduit qu’en anglais. De plus, le paiement en euros est activé. Cependant, il ne fait aucun doute que près de 22 millions de consommateurs polonais qui sont déjà utilisateurs du portail ou de l’application de la plus grande plate-forme de commerce électronique en Pologne seront rejoints par d’autres – d’autres pays de l’UE, car Allegro leur adresse son offre .

Cette décision est tout à fait compréhensible et montre seulement que la domination des grandes plateformes de commerce électronique ne fera qu’augmenter. Les petits magasins en ligne pourront opérer sur leurs portails organiques et générer des ventes, mais sans présence sur les marchés, il ne sera pas possible de vraiment déployer vos ailes. Pour un vendeur polonais, être sur Allegro, Amazon ou d’autres plateformes de trading qui, par exemple, se spécialisent dans un assortiment spécifique, est aujourd’hui une belle opportunité pour une diversification significative des ventes. Le client choisit des endroits où il ne peut acheter qu’un seul produit et remplit tout le panier – confirme Sasha Stockem, président du conseil d’administration de Nethansa.

technologie principale

Un rapport du cabinet de conseil OC&C montre à quel point les habitudes de consommation ont changé depuis une dizaine de mois. Les boutiques en ligne sont devenues le premier choix des clients et des fournisseurs. La pandémie a accéléré ce processus, mais l’assouplissement des restrictions ne s’est pas traduit par un afflux massif de clients dans les magasins traditionnels. De plus, le rapport OC&C montre que d’ici 2025, les ventes en ligne se feront principalement par le biais de grandes plateformes de commerce électronique qui remplaceront les magasins de détail en ligne. Rien qu’en 2020, les marchandises ont été vendues sur des «marchés Internet», représentant plus de 40% de toutes les dépenses de consommation en ligne. Selon le rapport, la croissance sur les marchés occidentaux restera au niveau de 15% par an.

– Les marchés sont actuellement les plus choisis par les clients lors de leurs achats, entre autres dans les livres, l’électronique et les vêtements, mais ils augmentent également leur part dans l’industrie du meuble et même dans le secteur des services de voyage. Seuls les produits d’épicerie sont achetés plus souvent dans les petits magasins de commerce électronique – explique Sasha Stockem.

Relation avec le client

Devez-vous abandonner votre solution de création de boutique en ligne et rediriger tout votre trafic vers votre marketplace ? Selon les experts, ce ne sera pas forcément la meilleure option.

La première et la plus grande valeur, qu’un marché correctement développé n’aura pas avant longtemps, et qu’un petit propriétaire de commerce électronique peut facilement obtenir, est le CRM. C’est une valeur inestimable qui prend de l’importance chaque année. L’augmentation de la sensibilisation des consommateurs, la hausse des attentes et l’enrichissement de la société signifient que le prix est plus bas et moins le rôle dominant dans l’achat. Ce qui compte pour les consommateurs, c’est à qui ils achètent, et même comment l’entreprise investit les revenus qu’elle en tire – commente Robert Stolarchic, PDG de Promotrafic.

Ce qui compte pour les consommateurs, ce sont les impressions de l’achat lui-même, ils recherchent souvent des partenaires sur une plus longue période, ce qui est typique pour certaines catégories de produits, telles que les produits alimentaires, les accessoires et les aliments pour animaux.

– Je pense que la meilleure façon est de combiner les investissements dans votre propre magasin en parallèle avec les plateformes de vente. Vous ne devez pas mettre votre entreprise sur un pied et vous exposer à l’influence écrasante du propriétaire du marché, dont les pratiques monopolistiques peuvent déterminer le pourcentage de revenus qu’il recevra du trafic qu’il fournira sans aucun doute – ajoute Robert Stolarchic.

Sur le marché mondial, à l’exception de l’Asie, les marchés américains comme Amazon et Expedia ont l’avantage. Parmi les dix premières entreprises, qui génèrent près de 70 % de la valeur totale des marchandises (GMV), huit viennent des États-Unis. Les plateformes européennes ne génèrent que 5% du GMV.

Par conséquent, la plus grande menace pour les marchés américains vient de la Chine, qui possède trois des quatre plus grandes plateformes de commerce électronique au monde. D’ici 2030, les trois géants asiatiques devraient cesser de se concentrer uniquement sur leur région et accroître leur présence dans l’hémisphère occidental.

Leave a Comment