À quoi devez-vous faire attention lors de l’achat de jetons NFT ? La loi émerge ici

  • Les jetons NFT sont un sujet très brûlant pour les investisseurs, en particulier sur le marché de l’art
  • L’achat d’un jeton NFT n’est généralement pas lié à l’obtention du droit d’auteur de l’œuvre associée au jeton
  • Indépendamment de la sécurité du réseau blockchain, l’utilisation de maisons de vente aux enchères pour acheter des jetons NFT nous offre une sécurité supplémentaire
  • Malgré la popularité des jetons NFT, leurs qualifications juridiques restent un territoire inexploré. Ce n’est pas surprenant – chaque nouvelle technologie et chaque nouvelle utilisation de la technologie doit ouvrir de nouvelles voies
  • Plus d’analyses sur la page d’accueil d’Onet

Sans aucun doute, le trading de jetons NFT sur le marché de l’art a été l’un des sujets les plus brûlants de ces derniers mois. Les principales maisons de vente aux enchères ont complété l’exposition d’œuvres d’art traditionnelles par le commerce art numérique Relatif aux jetons NFT. Il est courant qu’un jeton NFT soit une œuvre d’art numérique. En achetant un jeton, on achète une peinture numérique, tout comme on achète une peinture sur toile. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

La première question qui se pose est de savoir ce qu’est vraiment un jeton NFT.

Dans la traduction libre, le NFT (jeton non fongible) est traduit par un jeton non fongible. Il s’agit d’un type de jeton cryptographique généré sur la base de la technologie DLT (Distributed Logging). Contrairement aux autres jetons émis sur le réseau blockchain qui peuvent être échangés les uns contre les autres, chaque jeton NFT est unique. Lors de la recherche de comparaisons, un code NFT est proche d’un certificat d’authenticité numérique ou d’un numéro unique gravé au laser dans un diamant, ce qui permet d’attribuer la propriété d’une copie particulière à une personne spécifique, de retracer les transactions avec elle ou d’éviter la contrefaçon .

Le jeton NFT lui-même est comme une feuille de papier vierge qui, selon ce que vous écrivez, peut prendre la forme du certificat d’authenticité susmentionné, du certificat de propriété ou même d’un contrat en l’écrivant dans le jeton et contrat intelligent – Un contrat numérique auto-exécutoire enregistré dans la blockchain – Des droits spécifiques qui suivent la propriété du jeton.

La capacité indiquée d’insérer presque n’importe quel contenu dans le jeton peut être une opportunité pour nous de façonner judicieusement ce que nous voulons vendre et acheter, mais cela peut également poser des risques si nous ne vérifions pas ce que c’est lors de l’achat d’un jeton NFT.

Dans la plupart des cas, l’achat d’un jeton NFT n’acquiert pas les droits d’auteur sur l’œuvre associée au jeton. L’image numérique est placée dans un référentiel de fichiers distribué, et seul le lien vers l’image sélectionnée est enregistré dans le jeton. Dans ce cas, lors du transfert du jeton NFT du vendeur vers l’acheteur, nous ne transférons pas le fichier de travail numérique en même temps. Ce fichier reste là où il était avant.

Tant que le code NFT ne contient pas d’autres termes (par exemple, le droit à l’utilisation exclusive d’un fichier numérique particulier, le droit de faire des copies papier d’un fichier numérique et le droit de créer des œuvres dérivées basées sur ce fichier numérique – y compris ses modifications), ce qui est Fondamentalement, nous achetons le jeton lui-même et le droit de le vendre. Bien sûr, nous pouvons voir l’image numérique en question, mais à moins qu’elle ne soit à nouveau enregistrée dans un fichier NFT, nous n’avons pas le droit exclusif de le faire – toute personne disposant d’un lien vers l’image et d’un accès à Internet peut le faire .

Comme souligné ci-dessus, la flexibilité des jetons NFT permet au mineur (c’est-à-dire la personne qui ouvre le jeton NFT) d’y mémoriser les conditions qui suivent la propriété du jeton. Par exemple, un code NFT peut indiquer que le titulaire est le seul autorisé à afficher publiquement l’image, à l’utiliser dans des activités commerciales ou privées, à faire ses impressions ou à être le seul propriétaire légal d’une copie numérique d’une œuvre physique.

Ce qui est pratiquement impossible en droit polonais, c’est le transfert du droit d’auteur sur une œuvre au sens de la loi sur le droit d’auteur, ainsi que le transfert de propriété du jeton NFT. Le transfert du droit d’auteur exclusif, au sens de la loi polonaise, nécessite une forme écrite, sinon il est nul et non avenu. Contrairement, par exemple, à la réglementation britannique ou américaine, où une forme écrite est également comprise comme la soumission d’une déclaration électronique identifiant l’expéditeur, dans la réglementation polonaise, une forme écrite signifie une signature manuscrite ou électronique qualifiée. Il est pratiquement impossible d’utiliser ce modèle dans les transactions blockchain.

Aux fins du commerce des jetons NFT, il existe des concepts pour identifier un fichier numérique associé à ce jeton comme une copie d’une œuvre au sens du droit d’auteur (ce qui permet de supposer que tout transfert de propriété d’un jeton NFT a également transfère la propriété d’une copie de l’œuvre), aucune autorité générale n’ayant affirmé qu’une telle interprétation est possible, la qualification d’une image numérique associée à un NFT en tant que copie de travail reste dans le domaine de l’incertitude.

Il convient de souligner ici que dans quelques cas les images s’insèrent dans le jeton lui-même, grâce à quoi le jeton et l’image ne font qu’un, ce qui permet de les traiter comme une copie d’une œuvre numérique. Cependant, il s’agit davantage de graphiques basse résolution qui pèsent très peu. Si vous insérez des graphiques haute résolution dans un code NFT de cette manière, chaque transaction liée à ce code (le créer, l’attribuer à quelqu’un d’autre, etc.) sera d’un coût prohibitif.

Si nous savons déjà ce qu’est le symbole NFT et ce qu’il a à voir avec la chanson, il est utile de savoir comment sa propriété est transférée. Chaque transaction sur la blockchain nécessite que le propriétaire du token et son acheteur disposent d’un portefeuille numérique individuel et d’une adresse à laquelle le token peut être attribué. Le transfert du jeton consiste en fait à enregistrer les transactions entre le vendeur et l’acheteur dans le registre de la blockchain et à effectuer le paiement avec la propriété de crypto-monnaie de l’enregistrement sur lequel le jeton a été créé.

Alors que W contrat intelligent D’autres conditions (par exemple, le droit de Minter ou le droit du titulaire du droit d’auteur de participer à la valeur de la transaction), après la collecte automatique de la quantité appropriée de gaz (paiement de la transaction) et la confirmation que le portefeuille de l’acheteur a le montant approprié de crypto-monnaies, ne sont pas enregistrés dans La transaction est enregistrée dans un registre distribué, c’est-à-dire qu’un certain code est attribué à un nouveau propriétaire.

En raison de la nature des registres distribués, les transactions blockchain sont généralement sécurisées. Nous ne pouvons acheter le jeton NFT qu’à la personne qui le détient légitimement, et au moment où les fonds sont retirés de notre portefeuille, la transaction est entièrement automatique. De plus, comme les registres distribués sont publics, nous pouvons vérifier à tout moment, avec uniquement un accès Internet, à qui appartient le jeton, dans quels portefeuilles le jeton a été déplacé précédemment, quelle était la valeur des transactions précédentes et, du moins en théorie, quoi Les termes de la transaction (par exemple, la commission ci-dessus sur chaque transaction du monnayeur) sont enregistrés dans contrat intelligenten plus des autorisations accordées à chaque détenteur de jeton suivant.

Pourquoi dit-on ça en théorie ? contrats intelligents Ce sont en fait des lignes de code. La vérification de leur contenu peut nécessiter que nous soyons capables de lire le code ou d’utiliser des outils qui sont actuellement rares et la plupart d’entre eux ne nous montrent pas simplement tout ce qui est caché dans le code. Un consommateur qui participe à une vente aux enchères de jetons NFT, et qui ne possède pas les compétences indiquées, doit certifier au vendeur ou à la maison de vente aux enchères que ce qu’il achète est acheté conformément aux conditions spécifiques qui lui sont présentées dans le règlement des enchères ou le jeton contrat de vente. C’est pourquoi il est très important d’acheter des jetons auprès de sources fiables, surtout si nous n’avons pas de compétences en programmation.

Si nous achetons un jeton NFT dans le cadre d’une enchère, le processus de transfert de jeton précède souvent une enchère. Dans ce cas, il convient de s’assurer si le montant proposé à l’enchère sera payé en argent traditionnel ou en crypto-monnaie, si après la fin de l’enchère nous recevrons un soutien pour la création d’un portefeuille sur la blockchain et à quelle date la propriété du jeton sera effectivement transféré. Essentiellement, jusqu’à ce que la transaction soit terminée sur la blockchain, le propriétaire actuel du jeton sera révélé dans le registre et la seule personne pouvant en disposer le sera.

Indépendamment de la sécurité du réseau blockchain, l’utilisation de maisons de vente aux enchères pour acheter des jetons NFT nous offre une sécurité supplémentaire sous la forme de la possibilité d’exiger que la maison de vente aux enchères termine la transaction. Dans une telle situation, la maison de vente aux enchères devient pour nous un garant supplémentaire, traçable dans le monde non numérique.

En ce qui concerne les transactions blockchain, la confidentialité et le traitement des données personnelles sont un défi. La nature de l’enregistrement de la blockchain est qu’aucun élément ne peut être supprimé de l’historique des transactions. Ainsi, si nous suivons de manière pédante les principes du RGPD, il sera difficile de mettre en œuvre, par exemple, le droit à l’oubli. Mais en réalité, la blockchain n’est pas un enregistrement privé, mais un enregistrement public. Cela signifie qu’il ne s’agit pas d’une base de données privée. Il est donc difficile de dire que l’une des entités indiquées est responsable des données placées sur la blockchain.

Dans tous les cas, en raison de la nature dispersée, des copies des informations sur les transactions individuelles sont distribuées aux nombreux serveurs qui composent le réseau. Avec tout cela à l’esprit, la question de la confidentialité de la blockchain est plus théorique que pratique, et qui plus est, elle assure également la responsabilité par rapport aux règles anti-blanchiment.

Quand on parle d’Anti-Money Laundering (AML), le trading de jetons NFT à lui seul ne change pas grand-chose à cet égard. La réglementation anti-blanchiment repose sur l’obligation d’identifier les parties aux transactions qui ont lieu avec la participation d’entités assujetties. Ainsi, ce qui est vendu est d’une importance secondaire. Si une institution contraignante, telle qu’une maison de vente aux enchères, réglemente le commerce des jetons NFT, elle devra alors dans chaque cas mettre en œuvre un processus KYC (connaître son client). Étant donné que la blockchain garantit l’anonymat relatif des transactions, puisque le NFT est négocié selon la réglementation polonaise avec la participation de la maison de vente aux enchères, des mesures anti-blanchiment doivent être mises en œuvre avant le transfert de propriété du jeton.

Lors de la vente de jetons NFT, outre les problèmes liés au droit d’auteur, les plus grands défis sont liés aux taxes. Il peut sembler que lorsque nous achetons des jetons, nous achetons des marchandises. Malheureusement, ce n’est pas le cas et d’un point de vue fiscal, le transfert de propriété d’un token NFT s’apparente plus à un service qu’à une vente de biens.

Bien sûr, la meilleure solution serait de considérer le jeton NFT associé à une œuvre numérique comme une copie de cette œuvre (ce qui permet de supposer que la vente du jeton équivaut à la vente d’une peinture sur toile), cependant, étant donné que les autorités fiscales polonaises n’ont pas encore décidé comment traiter son type de chiffre d’affaires, nous pouvons soit prendre un risque, soit – ce que je recommande – nous assurer en plus, par exemple en ayant une interprétation fiscale individuelle.

Comme vous pouvez le voir, malgré la popularité des jetons NFT, leurs qualifications juridiques sont encore inconnues. Cependant, ce n’est pas surprenant. Chaque nouvelle technologie et chaque nouvelle utilisation de la technologie devrait ouvrir de nouvelles voies. Ceux qui utilisent des jetons NFT pour échanger des œuvres d’art sont aujourd’hui des précurseurs. Certes, ils rencontreront des erreurs ou des différends avec les pouvoirs publics concernant l’interprétation des réglementations, mais s’ils sont attentifs, prudents et prudents – ils peuvent contribuer avec audace à ce marché innovant.

Leave a Comment