La conférence “Les universités populaires face aux défis de l’époque” se tiendra dans la nouvelle Chambre des représentants | est passe

Les universités populaires sont une grande réussite, un grand type d’institution qui combine de nombreux éléments qui sont importants pour nous. C’est tellement essentiel que nous, en tant qu’État polonais, soutenons ces activités, a déclaré Piotr Glinsky, vice-Premier ministre, chef du ministère de la Culture et du Patrimoine national lors de l’ouverture de la conférence “Les universités populaires face aux défis contemporains”.

Vendredi, dans la nouvelle Chambre des députés de Varsovie, s’est tenue la conférence “Les universités populaires face aux défis contemporains”. L’événement, placé sous le patronage honoraire du Maréchal Elipita Wittek, est organisé conjointement par l’Équipe parlementaire pour le développement de la circonscription des femmes au foyer rurales et municipales, le Réseau national des universités populaires et l’Institut national de la liberté.

“Lorsque nous préparions des réformes politiques en Pologne dans le cadre d’activités d’intérêt public, puis nous avons remporté les élections et pu mettre en œuvre certains programmes et changements, dans le cadre d’une réforme majeure de la société civile, des relations entre l’État et les organisations non gouvernementales, nous a créé, entre autres, la Commission des avantages publics, ou un si petit ministère. Il s’agit d’une institution constitutionnelle, pas d’un comité du cabinet, mais d’un petit ministère distinct qui couvre la relation entre l’État et la société. Autorégulation : les institutions qui l’Etat a besoin de pouvoir mettre en place de tels programmes, comme nous avons créé l’Institut National des Libertés, une unité Opérationnelle qui met en œuvre des programmes de base dans le domaine de la société civile. Et cela reviendra à la réalité. Parmi ceux qui ont déjà été lancés, et je J’en suis très satisfait, c’est le programme annoncé depuis longtemps des universités populaires, que nous avons inventé », a déclaré le vice-Premier ministre Glinsky.

Il a estimé que les universités de base sont “une grande réussite, un grand type d’institution qui combine de nombreux éléments qui sont si importants pour nous tous – la base, l’initiative, les connaissances locales, l’association à une réflexion axiologique de haut niveau”. “Tout cela est si précieux que l’État, conformément au principe de subsidiarité inscrit dans la Constitution polonaise, devrait être obligé de soutenir ces activités et c’est pourquoi nous le faisons” – a-t-il expliqué.

Il a déclaré que le programme bénéficiait du soutien de la Chambre des représentants et du gouvernement. “Il y a certainement une tâche qui nous attend pour développer ce programme. C’est moins de 10 millions de PLN par an. Je pense que davantage de fonds publics devraient aller à ces objectifs, mais aussi étape par étape, car en ce moment nous construisons des institutions. 2/3 des universités populaires polonaises Ceux qui travaillent dans ce programme sont de nouvelles institutions, nous avons donc un assez grand nombre de nouvelles institutions, mais en même temps je comprends que c’est un problème qui doit être développé et formé ”- a souligné le ministre de la Culture.

“Nous devons être plus matures que nos hôtes dans nos localités”, a-t-il noté. « D’un point de vue politique, nous n’avons pas peur que quelque chose se crée et se développe du bas vers le haut, car nous pensons que cette réflexion dans les affaires publiques est plus mûre et plus sage que lorsqu’il n’y a pas de perspective du bas. – développement, débat, conversation. Faites confiance à mes hôtes. Nos communautés locales et dans le développement de la démocratie également par l’auto-organisation de bas en haut, les universités populaires ont une image particulière “- a souligné le chef du ministère de la Culture.

Parlant de l’avenir des universités populaires en Pologne et des défis auxquels elles sont confrontées, il a déclaré : “J’espère que dans cinq ans, il n’y aura pas 33 universités en Pologne, mais 333 universités populaires”. “Nous avons une communauté rurale suffisamment flexible et chaque municipalité polonaise devrait avoir une université populaire. Cela peut être complètement différent après tout, c’est une formule ouverte et intéressante, une formule qui relie les générations, le même +gagnant+” – a noté le vice-premier ministre Ministre Glinski.

Il a également remercié tous ceux qui ont participé aux activités au profit des universités populaires. “C’est grâce à ces gens que cette idée a survécu en Pologne”, – a noté le chef du ministère de la Culture et du Patrimoine national.

L’initiatrice de la conférence, la représentante Barbara Dziuk, présidente de l’équipe parlementaire pour le développement des clubs de femmes au foyer rurales et urbaines, a estimé qu’il s’agissait d’un événement historique.

“Sim est un endroit où nous pouvons parler de différents sujets, et si ces sujets concernent la culture, les traditions et l’histoire, alors c’est un double plaisir pour les parlementaires” – a souligné Dziuk.

La vice-présidente de la Chambre des députés, Majorzata Gusevska, a admis qu’elle était heureuse que “la conférence ravive l’idée d’universités populaires”. Comme elle l’a dit, “c’est une offre éducative importante, elle s’inscrit dans le modèle de l’apprentissage tout au long de la vie”.

Elle a noté que les universités “font sans aucun doute face à de nouveaux défis”. En même temps, il affirmait son soutien aux universités populaires.

Au cours de la conférence, trois séminaires étaient prévus : « À la recherche du modèle polonais des universités populaires », « Innovations sociales dans les activités des universités populaires pour les communautés et les régions locales » et « Innovations sociales dans la pratique éducative des universités populaires ».

Une exposition consacrée aux universités folkloriques polonaises a été inaugurée avant la conférence. (BOUILLIE)

Auteur : Katarzyna Krzykowska

ksi / dki /

Leave a Comment