Le MEIN a préparé un projet de modifications du programme de base pour le sujet de l’éducation à la sécurité

Extension du programme de base pour le sujet de l’éducation à la sécurité dans les écoles secondaires, incl. Concernant le contenu lié à la défense de l’État et à la préparation des étudiants aux menaces en cas d’hostilités, il a été inclus dans le projet de règlement préparé par le ministère des Sciences et de l’Enseignement supérieur.

Le projet proposait également de séparer du programme de base la langue disciplinaire des minorités nationales, qui est le programme de base de l’allemand en tant que langue de la minorité nationale. Il s’agit de réduire le nombre d’heures d’enseignement de cette langue en tant que langue minoritaire nationale par rapport au nombre d’heures d’enseignement d’autres langues minoritaires.

Il s’agit d’un projet de modification de l’arrêté du ministre de l’éducation et des sciences portant programmes de base de l’enseignement général pour les lycées généraux, les lycées techniques et les lycées industriels du deuxième cycle. Il a été envoyé en consultation publique mercredi. Le ministère de l’Éducation souhaite mettre en œuvre le règlement à partir du 1er septembre 2022.

Le programme de base décrit ce qu’un élève doit être capable de faire dans une matière particulière après une étape éducative particulière. Les programmes et les manuels doivent s’y conformer. L’enseignant est tenu de mettre en œuvre le contenu fourni à l’origine.

La matière d’éducation à la sécurité est obligatoire en huitième année de l’école primaire et en première année de l’enseignement post-primaire (lycée général, lycée technique et lycée professionnel).

Pour justifier le projet d’amendement, il a été rappelé que les objectifs de l’éducation à la sécurité dans les écoles secondaires comprennent : la sécurité de l’État, la préparation aux opérations de secours d’urgence (accidents et catastrophes de masse), les bases du secourisme et l’éducation à la santé (santé individuelle et collective dimension). et comportement pro-santé).

“La menace croissante pour la sécurité de l’État nécessite de compléter les objectifs pédagogiques et d’enseigner le contenu de l’éducation à la sécurité avec des questions liées à la défense de l’État, à l’acquisition de compétences de tir, à la préparation des étudiants à faire face aux menaces posées par les hostilités et aux bases du sauvetage tactique” – nous lisons dans la justification.

Elle a également mentionné que des changements destinés aux écoles post-primaires ont été préparés en tenant compte du nombre actuel d’heures de classe sur le sujet. Il a été noté qu’ils ont été préparés en supposant que les connaissances acquises au niveau théorique à l’école primaire se poursuivraient.

Selon le projet, le contenu pédagogique sera élargi, entre autres, à l’identification des défis à la sécurité individuelle et collective, à l’importance des cybermenaces civiles, à la préparation des actions de sauvetage en cas de menaces inhabituelles (accidents de masse, catastrophes).

En ce qui concerne la protection civile et la protection civile, il a été proposé d’élargir le contenu de la protection des biens culturels et des procédures en cas de dysfonctionnement d’une installation chimique (l’exigence a été complétée par la connaissance de la possibilité d’utiliser des appareils portables et des masques à gaz ). En ce qui concerne les sources et les effets des rayonnements nucléaires, la possibilité d’utiliser un colis individuel antichimique et un colis individuel de radioprotection a été indiquée. En ce qui concerne l’avertissement des menaces et l’alerte des résidents, des cachettes ont été signalées après l’annonce d’alertes individuelles.

Selon le projet, la portée de l’enseignement des bases du secourisme sera complétée par la connaissance des principes du secourisme en situation d’urgence à l’aide d’armes conventionnelles.

L’éducation à la santé devrait être remplacée par une éducation à la défense qui couvre les exigences en matière de : réponse à la menace d’hostilités, cybersécurité militaire et entraînement au tir. Dans le cadre de la formation au tir, l’élève apprend les règles de pliage et de dépliage des armes et apprend à tirer avec : des pistolets à billes, des pistolets à air comprimé, des répliques d’armes légères (ASG), des stands de tir virtuels ou des lasers.

Dans le cas des écoles qui n’ont pas accès aux types de stands de tir listés dans le projet de règlement, la mise en place d’une formation au tir sera obligatoire à partir de l’année scolaire 2024/2025. Jusque-là, ces écoles pourront enseigner dans ce domaine dans toute la mesure du possible.

«Démissionner de la section sur l’éducation à la santé incluse dans les programmes de base actuels d’éducation à la sécurité n’aura pas d’impact négatif sur ce domaine de l’éducation, car le contenu dans ce domaine est également largement inclus dans les programmes de base d’autres matières, telles que la physique. l’éducation ou la biologie Ou l’éducation à la vie de famille, telle qu’elle est incluse dans les programmes éducatifs et préventifs des écoles », lit-on dans la justification.

Le projet comprend également des modifications de l’enseignement de l’allemand en tant que langue minoritaire dans les écoles secondaires. Ils sont le résultat de l’ajustement en février de cette année. Par le ministre de l’éducation et des sciences, un décret sur les conditions et les modalités d’exécution des tâches par les jardins d’enfants, les écoles et les établissements publics, permettant de maintenir un sentiment d’identité nationale, ethnique et linguistique des élèves appartenant à des minorités nationales et ethniques et de la société en utilisant un Langue régionale. Selon elle, à compter du 1er septembre 2022, le nombre d’heures d’enseignement de l’allemand en tant que langue minoritaire nationale passera de trois heures par semaine à une heure par semaine.

“Le projet sur le programme de base de la langue disciplinaire des minorités nationales – l’allemand dans le cas des écoles secondaires comprend des compétences qui permettent un apprentissage plus approfondi de l’allemand en tant que langue maternelle, y compris la compréhension de textes littéraires et d’autres textes culturels, ainsi que leurs analyses de base. La portée des compétences dans le programme de base de l’école est simplifiée Écoles secondaires et secondaires techniques du niveau élargi par rapport à la base existante et se rapportent à la capacité de créer des déclarations dialectiques et de comprendre les processus culturels importants pour le développement de l’identité nationale ” – expliqué dans la justification.

Il a également été rappelé que dans le cas des diplômés d’écoles ou de départements qui enseignent la langue d’une minorité nationale particulière, l’examen Bagrut – à l’oral et à l’écrit – porte sur la langue de la minorité nationale.

“Cependant, jusqu’à présent, aucun diplômé d’une école secondaire générale ou d’une école secondaire technique n’a réussi l’examen d’allemand en tant que langue minoritaire nationale dans la partie obligatoire de l’examen d’entrée (les élèves peuvent, par exemple, renoncer à apprendre l’allemand en tant que langue minoritaire langue dans le dernier degré, et donc Ils ne sont pas tenus de passer l’examen)) ”- Ils ont été donnés.

DSR / MAM /

Leave a Comment