Journal des lois : publication d’un amendement à la loi sur le système éducatif (document)

Un amendement à la loi sur le système éducatif a été publié dans le Journal des lois. Règles pour le déroulement des examens de huitième année et de Mathura au cours des années académiques 2022/2023 et 2023/2024. L’amendement a également introduit des critères de recrutement pour les enseignants et les psychologues dans les écoles.

Selon l’amendement, l’examen de huitième année des années académiques 2022/2023 et 2023/2024, comme les années précédentes, se déroulera sur la base d’exigences d’examen qui constituent un index étroit des exigences spécifiées dans les programmes de base. enseignement général. Elle sera annoncée sous la forme d’un arrêté du ministre de l’éducation et de la science. Il a également été décidé de se retirer indéfiniment de l’article 4 – un examen dans une matière à option – à l’examen.

L’amendement stipulait également qu’à partir de l’année académique 2022/2023, la date de l’examen de huitième année serait définitivement reportée d’avril à mai.

Le concours d’entrée se déroulera également dans les années académiques 2022/2023 et 2023/2024 comme les années précédentes sur la base des conditions d’examen qui seront précisées dans le règlement.

Il a également été décidé qu’au cours des années académiques 2022/2023 et 2023/2024, un diplômé réussirait l’examen Bagrut et obtiendrait un certificat d’examen secondaire s’il obtenait au moins 30% de chaque matière obligatoire. Points disponibles Le test sera effectué dans au moins un sujet supplémentaire au niveau étendu. Lors de l’examen dans une matière supplémentaire, qu’il soit passé par un diplômé d’un lycée ou d’un lycée, il n’y aura pas de minimum au cours de ces années pour réussir l’examen d’entrée dans cette matière.

Seuil de 30% à l’examen dans une matière supplémentaire, il sera donné à l’examen de maturité de l’année académique 2024/2025.

La loi prévoit également la possibilité de dispenser des formations aux candidats examinateurs et examinateurs par communication électronique. Une modification similaire a été proposée dans le cas des candidats à la formation des candidats et des candidats à un examen confirmant les qualifications dans la profession.

Afin de simplifier et d’accélérer la procédure de détermination des résultats des procédures de recrutement et de réduire la nécessité pour les parents ou les candidats adultes de participer personnellement au processus, la gamme d’activités pouvant être menées par communication électronique a été élargie.

L’amendement comprend également des dispositions sur l’emploi de spécialistes dans les écoles et les jardins d’enfants: éducateurs, éducateurs spécialisés, psychologues, orthophonistes ou thérapeutes éducatifs. À cette fin, en 2022, il est prévu d’augmenter le soutien à l’éducation de 514,5 millions de PLN à partir de la réserve budgétaire de l’État allouée aux changements de système dans le financement des unités gouvernementales locales, y compris le financement des tâches éducatives.

La nouvelle offre, entre autres, la possibilité de participer à des programmes gouvernementaux (comme l’utilisation d’aides financières) par le biais d’autres formes d’éducation préscolaire. Actuellement, parmi les enfants de l’éducation préscolaire, seuls les enfants des classes maternelles et préscolaires de l’école primaire peuvent participer à de tels programmes. Prolonge les délais pour la réalisation de formations spécifiques à l’industrie pour les enseignants des matières professionnelles et l’adaptation des locaux où les cours sont dispensés dans le cadre d’autres formes d’enseignement préscolaire.

L’amendement permettra aux gouvernements locaux d’affecter une école ou un établissement qui n’est pas une unité autonome pour effectuer des tâches liées à l’exercice de la fonction d’un centre de réadaptation, de coordination et de soins de premier plan dans le cadre d’un programme global de soutien aux familles “pour la vie “. La tâche du Centre de coordination, de réadaptation et de soins principal sera attribuée après un appel d’offres ouvert.

En vertu de l’amendement, il sera possible d’introduire l’enseignement à distance pour des raisons autres que COVID-19, à condition que la suspension des cours à temps plein dure plus de deux jours.

Le texte intégral de la loi est disponible en annexe sous cet article.

DSR / MAM /

Leave a Comment