Solidarité des enseignants contre les modifications de la Charte des enseignants

Le Département de l’instruction civique et de l’éducation du NSZZ “Solidarno” exprime des opinions négatives sur le projet d’amendement à la Charte de l’enseignant préparé par le ministère de l’Éducation et des Sciences. Le projet proposé, entre autres, des changements dans l’avancement professionnel des enseignants.

Dans le cadre de l’instauration de la période de préparation au métier d’enseignant, les règles d’établissement d’une relation de travail avec un enseignant exerçant à l’école vont évoluer. Pendant les deux premières années de travail à l’école, l’enseignant sera nommé sur la base d’un contrat de travail à durée déterminée. Après avoir travaillé au moins deux ans à l’école et obtenu au moins une bonne note de travail, l’enseignant sera nommé sous contrat de travail à durée indéterminée.

Oświatowa “S” note dans son avis sur le projet que, selon celui-ci, la relation de travail avec un enseignant travaillant dans le cadre d’un contrat de travail à durée indéterminée sera résiliée si l’enseignant ne reçoit pas le diplôme de l’enseignant nommé dans les 6 ans dès le début de la préparation au métier d’enseignant.

“Un enseignant qui n’a pas obtenu le diplôme d’enseignant désigné dans les 6 ans suivant le début de la préparation au métier d’enseignant peut être nommé sur la base d’un contrat de travail à durée déterminée d’une année académique. Ce contrat peut être conclu plus de Une bonne note d’emploi sera sur La moindre condition pour un emploi à durée indéterminée et pour l’obtention du diplôme d’enseignant désigné »- lisons-nous. L’évaluation du travail sera obligatoirement effectuée en deuxième et dernière année de préparation à la profession enseignante et, si l’enseignant doit suivre une préparation complémentaire à la profession enseignante, également au cours de la dernière année de cette préparation.

“La proposition de modification de la loi sur la charte des enseignants, qui consiste à élargir la possibilité de conclure des contrats à durée déterminée avec les enseignants, est une expression de l’instabilité de l’emploi dans l’éducation” – estime KSOiW “Solidarność”.

Selon elle, “l’introduction d’un mécanisme de conclusion d’un contrat à durée déterminée de deux ans pour les enseignants qui commencent à travailler à l’école dans la pragmatique du travail éducatif et l’exigence d’obtenir le diplôme de l’enseignant nommé comme condition indispensable de un emploi à durée indéterminée est une violation des normes de l’UE.” Fait référence à la directive relative à la convention-cadre sur l’emploi à durée déterminée conclue par la Confédération européenne des associations de l’industrie et des employeurs (UNICE), le Centre européen des entreprises publiques (CEEP) et la Confédération européenne des syndicats (CES). “Le préambule de la loi statutaire précitée indique clairement qu’un contrat à durée déterminée est exceptionnel, puisque la forme principale d’emploi d’un salarié doit être un contrat de travail à durée indéterminée” – souligne l’éducation “S”.

Il souligne que le manque d’emplois stables pour les enseignants aura également une grave dimension économique et sociale. “Des solutions flexibles pour nouer des relations de travail dans l’éducation empêcheront le personnel de l’éducation d’obtenir un prêt hypothécaire et retarderont ainsi la décision de fonder une famille ou de démissionner complètement de cette intention. L’absence d’un cheminement de carrière clair entraînera la réticence des diplômés universitaires à Cela va, d’une part, aggraver le problème de la soi-disant sélection négative du corps enseignant, et d’autre part, aggraver la crise liée à la pénurie de personnel dans les domaine de l’éducation »- lisons-nous dans l’avis.

Le projet d’amendement proposait également des changements au montant des soi-disant salaires moyens des enseignants. Selon lui, le salaire moyen d’un enseignant qui n’a pas obtenu de diplôme de promotion professionnelle s’élève à 120 %. Le montant de base, fixé annuellement pour les enseignants dans le Code budgétaire. Actuellement, les salaires des enseignants sont en moyenne de 100 % pour un enseignant stagiaire. Du montant de base et pour l’enseignant contractuel – 111%. Le montant du salaire moyen des enseignants embauchés et certifiés ne devrait pas être modifié. Jusqu’à présent, on s’attend à ce qu’il atteigne 144 % pour les enseignants embauchés. Du montant de base et pour un enseignant certifié – 184%. quantité de base.

“Le changement proposé par le MEiN bouleverse tout le système de rémunération des enseignants, conduit à leur aplatissement, à la suite de quoi les enseignants plus qualifiés recevront un salaire similaire à celui des enseignants qui ont commencé leur carrière. Environnement” – croit “symbiose” “.

Il critique également une autre proposition du ministère de l’Éducation. Selon le projet, dans la limite de 40 heures de travail par semaine, l’enseignant devra être “disponible à l’école une heure par semaine”, pendant laquelle il “effectuerait des consultations auprès des élèves, des élèves ou de leurs parents”. Si un enseignant travaille moins de la moitié du temps d’enseignement obligatoire, il devra être disponible pendant une heure dans un délai de deux semaines. Comme indiqué dans la note explicative du projet, l’idée est de “faire en sorte que l’enseignant puisse consulter les élèves et leurs parents”.

Dans l’avis, KSOiW “Solidarność” déclare que les tâches et devoirs d’un enseignant à accomplir dans le cadre d’une semaine de travail de 40 heures sont déjà décrits en détail dans la loi. Ils citent des dossiers de, entre autres, l’article 42 de la Charte de l’enseignant, l’article. 109 de la loi sur l’éducation et décret du ministre de l’éducation et des sciences sur le cadre du curriculum.

Selon elle, “le MEiN tente à nouveau d’augmenter le nombre réel d’heures hebdomadaires d’enseignement obligatoire, de cours éducatifs et de garde sous prétexte d’adapter le catalogue de soi-disant cours et activités résultant des tâches régulières de l’école, y compris la garde et des activités éducatives qui tiennent compte des besoins et des intérêts des élèves.

“En conséquence, à travers la modification, l’initiateur du projet revient à des solutions communément critiquées par la secrétaire Katharzina Hall, qui a dirigé le ministère de l’Éducation pendant la période du dîner PO-PSL en 2007-2011. La seule différence est que dans la plupart version récente des soi-disant horloges à cartes , Il est clair si l’intention du législateur est de mettre en œuvre les programmes de base au sein de ces chapitres, ou s’il servira de cours préparatoire », lit-on dans l’avis pédagogique « Q ».

Le Département de l’instruction civique et de l’éducation du NSZZ “Solidarność” considère que “la poursuite des procédures judiciaires pertinentes n’est pas fondée”.

La semaine dernière, l’Association des enseignants polonais a émis un avis négatif sur le projet d’amendement de la charte des enseignants.

Leave a Comment