Le e-commerce a décollé et continue de se développer. Cela signifie plus de travail pour l’agence de recrutement

Non seulement des vêtements, mais aussi des articles d’ameublement, des cosmétiques et … des jouets pour le chien. Nous faisons de plus en plus nos courses quotidiennes en ligne. L’industrie du commerce électronique a décollé pendant la pandémie. Et dans le sillage du boom, la demande d’employés – selon l’agence pour l’emploi EWL, a augmenté de 150 %. Tout indique qu’il ne s’agit pas ici d’un saut ponctuel, mais d’une tendance plus permanente.

Le rapport “Perspectives de développement du marché du commerce électronique en Pologne” du cabinet de conseil PwC montre que les achats en ligne ont décollé en 2020. En 2020, le canal en ligne a gagné 14 %. Part dans la valeur des ventes au détail en Pologne. Les calculs montrent que la valeur du marché du commerce électronique (y compris les services) l’année dernière était – insignifiant – 100 milliards de PLN ! Et en 2026, la valeur totale du marché polonais du commerce électronique sera de 162 milliards de PLN.

Des conclusions similaires peuvent être tirées des données de l’OCDE. Dans la publication “Le commerce électronique à l’époque du COVID-19”, l’organisation souligne que la crise pandémique a accru la dynamique du paysage du commerce électronique et a élargi sa portée pour inclure de nouvelles entreprises, des segments de consommateurs (comme les personnes âgées) et des produits (comme l’épicerie).

Les gens étaient enfermés chez eux, les centres commerciaux étaient fermés, où ils avaient l’habitude de faire leurs courses et de passer leur temps, et leurs besoins d’achat n’avaient pas beaucoup changé. Bien que personne ne sache ce qu’est la pandémie, combien de temps elle durera et à quoi ressemblera notre quotidien, tout le monde voulait travailler aussi dur qu’avant. En conséquence, la grande majorité des gens ont commencé à utiliser Internet comme outil d’achat. J’ai commencé à vérifier la marchandise qui y était disponible, et quand il s’est avéré que vous pouviez littéralement tout commander, beaucoup d’achats supplémentaires sont arrivés – explique Krzysztof Gralac, responsable de la ligne d’activité d’EWL Logistics pour le secteur du commerce électronique.

Cela s’est non seulement traduit par une augmentation de la demande d’employés dans le commerce électronique, mais surtout par une modification de la chaîne d’approvisionnement. Parce que quand les gens ont su qu’ils ne pouvaient pas essayer quelque chose, ils l’ont commandé en trois tailles différentes. À la maison, ils ont vérifié lequel d’entre eux avait raison et en ont ramené deux.

– En conséquence, l’employé qui s’occupait de la sélection des commandes sur Internet n’a pas emporté avec lui un pantalon ou un t-shirt, mais trois paires de vêtements identiques, mais de tailles différentes. Naturellement, il devait y avoir plus de personnel dans les entrepôts. D’après des conversations avec nos clients, j’estime que le nombre de ventes a augmenté de 70 à 80 %. Mais ce n’est pas la fin – assure Krzysztof Gralac.

Ce mode d’achat se traduit également par le besoin de plus de personnel du côté retour. Les clients sont sûrs d’envoyer des vêtements dans de mauvaises tailles. Quelqu’un a dû le remettre au bon endroit dans l’entrepôt.

Besoin de travailleurs hier

Tomasz Łagowski, directeur régional des ventes du LEF, explique qu’une augmentation de 80 % des ventes a entraîné une augmentation de 40 % des embauches. Comment cela se traduit-il dans l’intérêt pour les salariés étrangers ?

Tomasz Łagowski, directeur régional des ventes EWL (Image : EWL)

– Dans l’une des entreprises où nous avons jusqu’à présent introduit 100 employés, après deux ou trois mois de fonctionnement pendant la pandémie, nous en avons déjà introduit 350. De plus, il y a eu de nouveaux projets de commerce électronique, où en deux mois nous avons atteint un nombre de 200 employés. Pour nous, les commandes ont considérablement augmenté, car nous devons nous rappeler que nous avons commencé à fournir des employés dans de nombreuses autres industries, qui sont également passées au commerce en ligne – déclare Tomasz Dagowski.

Comme il l’ajoute, le personnel chargé de préparer les commandes est le plus convaincant. D’une part, leur travail est essentiel au fonctionnement de l’entreprise, et d’autre part, ce processus est difficilement automatisable.

Le client vérifie la qualité du travail

Il s’avère que la demande accrue de travailleurs temporaires dans le commerce électronique ne s’est pas traduite par une augmentation du prix de base qui leur est proposé.

L’accent était mis sur autre chose, qui est la qualité et l’efficacité du travail. Les employés organisés et consciencieux qui s’acquittent bien de leurs tâches peuvent compter sur une récompense. Pour le commerce électronique, c’est très important, car les magasins en ligne sont évalués par leurs clients, et ils ne seront pas satisfaits lorsqu’ils commanderont une chemise bleue et en recevront une jaune. La règle est simple : plus il y a de bugs, plus la note est basse, et aucun magasin ne voulait de notes basses – explique Tomaz Łagowski.

Il ajoute que pour s’assurer que les employés qui les confient performent bien dans leur poste, l’entreprise a mis l’accent sur l’encadrement global de leur travail, sa bonne exécution et la possibilité de formation continue des employés.

Les achats en ligne resteront avec nous

Tout indique que la demande d’employés dans le secteur du e-commerce va croître dans les années à venir. D’après un rapport de PricewaterhouseCoopers et du Digital Experts Club “Stratégies réussies. Les leaders du commerce électronique sur le développement du commerce en ligne” montrent que près de 85 pour cent. Les Polonais ne prévoient pas de réduire le rythme des achats en ligne après la fin de la pandémie. Plus de 74% des répondants le maintiendraient à un niveau similaire, et 10%. Elle entend augmenter le nombre de produits commandés en ligne.

Photo : Unsplash

Photo : Unsplash

De plus, outre l’augmentation de la fréquence des achats en ligne, les consommateurs signalent également une augmentation des dépenses en ligne. Près de 82 % des Polonais affirment qu’ils dépenseront le même montant ou plus pour les achats en ligne en 2021 par rapport à 2020. Plus de 23 %. Prévoit d’augmenter légèrement ces dépenses, 20 pour cent. Elle entend l’augmenter de plus de 1/5 par rapport à l’année précédente.

– Le secteur se développait de manière dynamique avant le déclenchement de l’épidémie, ce qui n’a fait qu’accélérer le processus. À l’avenir, le développement se poursuivra, il est donc nécessaire d’investir dans de nouveaux outils et de nouvelles personnes, car malgré le développement de la numérisation, cette activité dépend des personnes – résume Tomasz Zagowski, responsable des ventes régionales chez EWL.

Leave a Comment