TVA e-commerce – une révolution dans le e-commerce

Taxe sur la valeur ajoutée pour le commerce électronique. Nous commandons sûrement tous quelque chose en ligne. Du point de vue du consommateur, ce n’est pas difficile – nous ajoutons le produit au panier, le payons et après un certain temps, le transporteur livre la commande à l’endroit spécifié. Cependant, la question est bien différente du point de vue d’un entrepreneur en commerce électronique. Surtout d’un point de vue fiscal, le calcul de ce type de vente peut être très problématique. De plus, fin juin, les vendeurs en ligne de l’Union européenne étaient peut-être dans une position légèrement moins bonne que leurs concurrents des États-Unis ou de Chine, qui n’ont pas toujours pris la peine de payer la TVA. Entre autres choses, et pour ces raisons, le 1er juillet 2021, des réglementations fiscales sont entrées en vigueur dans toute l’Union européenne, et un certain nombre de changements liés au commerce électronique et à l’importation, les soi-disant petits colis vers l’Union européenne, ont été introduit.

TVA e-commerce – Quelle est la révolution des adresses dans le e-commerce ?

D’emblée, il convient de noter que les modifications susmentionnées ont été apportées au système juridique polonais par la loi du 20 mai 2021 modifiant la loi sur les taxes sur les biens et services et certaines autres lois (Journal officiel 2021, article 1163 ). La loi à laquelle il est fait référence est la mise en œuvre (mise en œuvre) du paquet de taxes sur la valeur ajoutée du commerce électronique de l’UE, qui se compose de plusieurs règlements et directives.

Parmi les modifications apportées, il convient de noter les suivantes :

  1. Remplacer la définition de « vente à distance » par une nouvelle définition de la vente à distance de biens au sein de la communauté (ESPO) ;
  2. Introduire la définition de la vente à distance de biens importés (SOTI) dans la loi sur la TVA ;
  3. Définir des procédures spéciales et une nouvelle simplification pour le règlement des transactions liées au commerce électronique (OSS, IOSS, USZ),
  4. Filtrage dans toute l’Union européenne, exonération de TVA pour l’importation de marchandises dans des envois dont la valeur n’excède pas 22 euros ;
  5. Imposer de nouvelles obligations aux plateformes et boutiques en ligne.

Ventes à distance de biens au sein de la communauté, c’est-à-dire ESPO au lieu de ventes à distance

Jusqu’à fin juin, la vente de biens via la boutique en ligne aux consommateurs des pays de l’UE est entravée par plusieurs formalités. Entre autres choses, le commerçant en ligne était tenu de s’immatriculer à la TVA dans chaque pays membre dans lequel la limite de vente pertinente était dépassée (et chaque pays pouvait fixer sa propre limite distincte). En conséquence, ce contribuable devait déposer une déclaration de TVA et tenir des registres de TVA dans différents pays de l’UE en même temps.

Depuis le 1er juillet 2021, la loi sur la TVA comprend plusieurs nouveaux tarifs. L’un d’eux est la vente à distance de biens au sein de la communauté (ESPO). Un ESPO est, en termes simples, la fourniture de biens B2C, qui sont envoyés ou déplacés d’un État membre à un autre. La définition d’ESPO correspond essentiellement aux tarifs annulés pour la vente à distance vers et depuis le territoire de l’État. La règle dans ce type de transaction est l’imposition de taxes dans le pays de consommation (l’État membre dans lequel se termine l’expédition des marchandises ou leur transport vers l’acheteur). Il y a bien sûr quelques exceptions à cette règle. Une fois certaines conditions remplies, le lieu de livraison de l’ESPO (c’est-à-dire, en termes simplifiés, le lieu d’imposition) sera le lieu où se trouvent les marchandises au moment du début de l’expédition ou du transfert à l’acheteur. Ce serait le cas si :

  1. La ressource est établie sur le territoire d’un seul État membre (adresse permanente / résidence habituelle);
  2. Les biens sont expédiés ou transportés vers un État membre autre que l’État membre d’origine (domicile/résidence habituelle du fournisseur);
  3. La valeur totale de l’ESPO, des communications transfrontalières, de la radiodiffusion et des services électroniques fournis aux consommateurs (services TBE) au contribuable au cours de l’année d’imposition ou de l’année d’imposition précédente, n’a pas dépassé le montant de 10 000 € ou son équivalent (PLN) 42 000 en Pologne.

Le montant indiqué ci-dessus est une limite uniforme introduite dans toute l’Union européenne. Le contribuable qui ne dépasse pas le plafond précité peut choisir Taxation des services ESPO et TBE dans le pays de consommation. La sélection se fait par pliage Notification au chef de l’administration fiscale au plus tard le dixième jour du mois suivant le mois au cours duquel la sélection a été effectuée (par voie électronique sur formulaire TVA 29).

Selon la nouvelle réglementation, le choix du lieu de livraison dans le cas d’ESPO s’applique à toutes les livraisons. Jusqu’à fin juin, il était possible de choisir le lieu d’imposition des ventes par correspondance hors du territoire de l’Etat par rapport à un ou plusieurs Etats membres consommateurs.

Si un ESPO est taxé dans le pays de consommation, le contribuable peut, pour régler la TVA dans ce pays :

  1. Choisissez de vous inscrire dans ce pays et d’y déposer la TVA et les déclarations de TVA directement, ou
  2. Il a été décidé de simplifier l’inscription à la procédure OSS et le règlement et le paiement des impôts dus à d’autres pays dans le guichet unique.

procédure OSS .

En vertu de la législation précédente, certains entrepreneurs (qui fournissent des services de télécommunication, de radiodiffusion ou électroniques) peuvent utiliser la procédure MOSS (appelée petit guichet unique). une petite boutique). La procédure indiquée était basée sur le fait que c’était le contribuable qui vendait les services susmentionnés fournis aux consommateurs dans divers pays de l’Union européenne et à l’étranger, n’avait pas à s’inscrire à la TVA dans chaque pays de l’UE, mais ne pouvait régler que la TVA dans son pays de résidence fiscale.

Depuis le 1er juillet, la procédure susmentionnée a été étendue – désormais dans le cadre de l’OSS (le soi-disant guichet unique, un arrêt) peut être utilisé par les entrepreneurs qui font de la vente électronique (s’ils remplissent les conditions visées ci-dessous). La nouvelle procédure OSS (comme le MOSS avant elle) est divisée en deux procédures spéciales : UE et hors UE. Le régime non fédéral ne peut être utilisé que par des entités qui ne sont pas établies ou qui n’ont pas d’établissement stable dans l’UE et qui vendent à des consommateurs dans l’UE.

Contribuable inscrit à l’OSS :

  1. Soumettra par voie électronique un trimestre de déclaration de TVA à l’État membre pour identification,
  2. Vous paierez la TVA due aux autres États membres via l’OSS,
  3. Il n’est pas tenu de s’inscrire comme assujetti à la TVA dans d’autres pays, sauf s’il a réglé des transactions autres que celles couvertes par l’OSS,
  4. Vous réglerez la TVA sur toutes les transactions couvertes par les procédures spéciales, uniquement via l’OSS,
  5. Obligation de conserver des enregistrements électroniques des transactions réglées dans l’OSS, les enregistrements doivent être conservés pendant 10 ans.

Vente à distance de marchandises importées (SOTI)

Jusqu’à fin juin 2021, une exonération spéciale de TVA était valable dans l’Union européenne sur l’importation de biens d’une valeur allant jusqu’à 22 euros (l’exonération ne s’appliquait pas en Pologne et en France). Cette exonération a été supprimée. Ainsi, la TVA est désormais due lors de l’importation dans l’Union européenne de biens achetés par des consommateurs de l’Union européenne.

Le paquet de commerce électronique a introduit dans le système juridique une nouvelle définition de la vente à distance de marchandises importées (SOTI) et de nouvelles réglementations connexes concernant le lieu de prélèvement des taxes sur ces transactions.

SOTI est la livraison de marchandises expédiées ou transportées par ou pour le compte du fournisseur, y compris lorsque le fournisseur est indirectement impliqué dans le transport ou l’expédition de marchandises – depuis le territoire d’un pays tiers, à condition que les conditions suivantes soient cumulativement remplies :

  1. La livraison est effectuée à un contribuable ou à une personne morale non assujettie qui n’a pas l’obligation de régler le bien dans les taxes, ou à une autre personne non assujettie (livraison B2C) ;
  2. Les marchandises livrées ne sont pas des moyens de transport neufs ou des marchandises qui ont été installées ou assemblées, avec ou sans essai.

Régime spécial d’importation (volontaire) (importation unique, IOSS) et en ajoutant de nouvelles règles spéciales pour la déclaration et le paiement de la TVA si IOSS n’est pas appliqué.

ios

Dans la procédure IOSS, il sera possible de régler la TVA due à la consommation de l’État membre (différents États membres, y compris PL) des ventes à distance de biens importés (dans un envoi n’excédant pas 150 EUR) via l’État membre dans le détermination (par exemple PL).

Dans le même temps, en cas d’utilisation de la procédure IOSS, il existe une exonération de la TVA pour l’importation de colis d’une valeur allant jusqu’à 150 euros. Si vous n’utilisez pas la procédure IOSS, l’importation de tous les biens de faible valeur (jusqu’à 150 euros) sera soumise à la TVA.

Procédures de déclaration et de report des paiements de TVA à l’importation de marchandises (CVT)

Si IOSS n’est pas utilisé pour régler la TVA sur l’importation de biens, il est possible de régler la TVA de deux manières :

  1. à l’aide d’une déclaration en douane standard, ou
  2. Au moyen d’un règlement spécial (CVT).

Dans le cadre de la nouvelle procédure CVT, l’opérateur pourra déclarer et payer la TVA sur l’importation de marchandises dans une déclaration en douane collective une fois par mois.

La procédure concerne l’importation de marchandises remplissant toutes les conditions suivantes :

  1. Les marchandises sont livrées aux consommateurs en Pologne,
  2. Sa valeur réelle ne dépasse pas 150 euros par envoi,
  3. Non soumis à la taxe de production,
  4. Ils sont mis en libre pratique dans l’État membre où la transmission ou la transmission prend fin.

Selon le projet d’explications du ministère des Finances, les changements dans le domaine du commerce électronique font que, grâce au CVT, les opérateurs proposent des publicités mensuelles électroniques, qui de facto Il y a des déclarations en douane mensuelles et ils paient la TVA due perçue auprès du destinataire pour l’importation des marchandises susmentionnées.

De nouveaux engagements pour les plateformes numériques

La nouvelle réglementation visant à simplifier le commerce électronique prévoit deux fantasmes juridiques concernant les plateformes et les sites Web par lesquels les entrepreneurs vendent des biens aux consommateurs (tels que Ebay, AliExpress, etc.). Concrètement, dans le cadre de la nouvelle réglementation, la plateforme est censée :

  1. Acheté la marchandise au marchand, puis
  2. Vendre les marchandises au consommateur.

En conséquence, cela signifie que les plateformes en ligne seront obligées de régler la TVA. La méthode de règlement de la TVA via la plateforme peut varier en fonction de la chaîne d’approvisionnement et de la valeur de l’envoi.

Pour simplifier, on peut dire que la plateforme sera obligée de régler la TVA, par exemple lorsqu’un consommateur polonais achète des biens via cette plateforme auprès d’un vendeur basé aux USA.

résumé

Il ne fait aucun doute que les changements introduits et les nouvelles réglementations posent un grand défi tant aux pionniers du commerce électronique qu’aux services comptables chargés du règlement correct de ces transactions. De nouvelles définitions juridiques, des obligations d’enregistrement et d’enregistrement supplémentaires, ainsi que la possibilité d’utiliser des procédures simplifiées constituent une révolution dans le commerce électronique. Pour cette raison, vous ne devez pas hésiter à analyser les nouvelles réglementations en fonction de votre activité et à mettre en place des solutions de sécurité adaptées.

Leave a Comment