Modifications de la TVA – paquet e-commerce du 1er juillet 2021 en Pologne retardé en raison d’un manque de réglementation

La nécessité de mettre en œuvre le soi-disant package e-commerce est connue depuis longtemps. Les États de la Communauté étaient tenus de mettre en œuvre les dispositions de la directive de manière à ce qu’elles deviennent applicables le 1er juillet 2021. Entre-temps, les travaux législatifs polonais dans ce domaine progressent lentement. Le gouvernement n’a adopté le projet de loi que le 8 avril. Quelques jours plus tard, le 13 avril, le document a été soumis à la Chambre des députés et dans les trois jours suivants, il a été envoyé en première lecture. Les travaux parlementaires sur le projet de loi commencent aujourd’hui, mercredi 19 mai.

Avec une forte probabilité On peut supposer que l’amendement sera adopté lors de cette réunion. Puis il se rend au Sénat. Cependant, la prochaine réunion de cette salle n’est prévue que du 16 au 18 juinune. Si le Sénat présente des amendements, la Chambre devra encore une fois s’occuper de ces changements. Bien que le Sénat se réunira le 27 mai, selon le plan, il traitera ensuite du Fonds de reconstruction.

La modification de la réglementation TVA a été soumise à nouveau à la dernière minute. Les entreprises n’auront plus jamais le temps de se préparer aux nouvelles règles de règlement fiscal – note Bartosz Kobesta, conseiller fiscal, conseiller juridique, associé du cabinet d’avocats GLC. L’expert déclare que nous avons fait face à une situation similaire l’année dernière, lorsque des règlements mettant en œuvre d’autres solutions de l’UE dans le domaine de la TVA ont été adoptés avec un long retard. Ensuite, il s’agissait de documenter la livraison des marchandises au sein de la communauté, les entrepôts d’expéditions et le règlement des transactions triangulaires.

Vérifiez également : Les changements positifs de la taxe sur la valeur ajoutée sont discutables >>

Des épisodes de juillet sans temps pour se préparer ?

Les modifications apportées au règlement des transactions en ligne devraient entrer en vigueur le 1er juillet. Comme le souligne Arkadiusz Łagowski, conseiller fiscal et associé chez Martini i Wspólnicy, il s’avère malheureusement une fois de plus que les contribuables ne peuvent pas compter sur le fait que des changements importants seront publiés à l’avance. Comme le montre l’expérience des praticiens, la publication d’un règlement à la dernière minute est malheureusement une norme plutôt qu’un accident du travail.

Il y aura beaucoup de changements et ce ne sont pas des problèmes techniques. Parmi les plus importants, il mérite l’attention Annulation de l’exonération de la TVA pour l’importation de biens dits en petits colis jusqu’à 22 euros, ou obligation pour les plateformes de vente de percevoir et de payer la TVA sur certaines transactions par leur intermédiaire.

Cependant, ajoute Arkadiusz Łagowski, les changements affecteront également les petits contribuables qui vendent des biens aux consommateurs d’autres pays de l’UE. Les seuils de vente actuels, qui nécessitent l’inscription à la TVA à l’étranger et la taxation des ventes au taux de TVA applicable dans le pays de résidence de l’acheteur, seront d’abord considérablement réduits, et il y aura une limite unique de 10 000. euro. Deuxièmement, cette limite s’appliquera à toutes les ventes aux consommateurs de l’union.

Pour de nombreuses entités, cela peut être un choc, car elles devront s’enregistrer à l’étranger et y payer la TVA locale. Pour éviter cela, une procédure spéciale de l’UE appelée One Shop (OSS). Grâce à cela, les vendeurs éviteront l’enregistrement à l’étranger et la TVA étrangère sera déclarée sous la forme d’une déclaration trimestrielle à une administration fiscale unique. Cependant, on craint que ce système n’entre en vigueur si les règlements n’entrent pas en vigueur à temps. Nous espérons que cela ne se produira pas – confirme Arkadiusz Zagovsky.

Modifications importantes de la TVA pour les boutiques en ligne

Il est prévu d’intéresser particulièrement les entrepreneurs qui gèrent des magasins en ligne Modification de l’ajustement de la taxe sur la valeur ajoutée sur les ventes par correspondance de biens aux consommateurs d’autres pays de l’UE.

– Jusqu’à présent, chaque État membre disposait d’un seuil pour la vente par correspondance dite, qui a été contourné par l’obligation d’immatriculer le vendeur à la TVA dans le pays de consommation, ce qui lui impose des charges supplémentaires, par exemple la obligation de déposer des déclarations de TVA et de tenir des registres de TVA conformément aux exigences locales – explique Malwina Myers, conseillère fiscale, superviseure au sein du service de conseil fiscal de Mazars.

L’expert note également qu’après le 1er juillet 2021, les entrepreneurs qui vendent dans un système de vente par correspondance aux consommateurs des pays de l’UE auront le choix. Après avoir dépassé le seuil de vente standard de l’UE de 10 000. En euros, ils pourront s’immatriculer à la TVA dans le pays où se trouvent leurs consommateurs ou utiliser la procédure OSS.

Si vous choisissez OSS, l’enregistrement à la TVA dans les pays de consommation n’est pas nécessaire. Cette procédure permettra la déclaration conjointe de toutes les transactions d’expédition dans l’Union européenne au sein d’une seule déclaration de TVA. Comme le souligne Malwina Myers, il convient de prêter attention à la procédure OSS, car elle simplifie les obligations de règlement de la TVA et crée ainsi une opportunité attrayante pour les magasins en ligne d’entrer sur d’autres marchés de l’UE avec leurs marchandises, tout en remplissant moins de formalités qu’auparavant.

Il n’y aura pas d’exonération pour les petits achats

Cependant, ce n’est pas la fin des changements. Les petits achats, par exemple sur AliExpress, ne seront pas déductibles des impôts. Les nouvelles obligations s’appliqueront également aux plateformes de vente en ligne, aux portails d’enchères ou même aux réseaux sociaux où la vente a lieu – il peut donc s’avérer, par exemple, qu’Allegro réglera la TVA pour les vendeurs utilisant les services du site Web. Comme l’explique le gouvernement, la mise en œuvre de solutions doit contribuer à égaliser les chances des entrepreneurs de l’Union européenne de concurrencer dans le domaine du commerce électronique avec des entités de pays tiers. Des exonérations de TVA pour l’importation de biens en soi-disant petits colis jusqu’à 22 euros dans tous les États membres. En outre, les plateformes de vente seront chargées de collecter et de payer la TVA sur certaines transactions effectuées par leur intermédiaire.

Voir plus : Les plateformes de vente en ligne régleront la TVA pour les vendeurs >>

Leave a Comment