Un peu de connaissance sur les campagnes de santé

Moins de la moitié des personnes interrogées (42 %) ont déclaré être au courant d’une campagne de santé récemment vue dans les médias. Les sujets les mieux reconnus par les répondants sont l’obésité (45 %), le diabète (40 %), les maladies pulmonaires (23 %) et les maladies rhumatismales (9 %). 10 % des répondants ont indiqué qu’ils ne se souviennent pas du sujet de la campagne dont ils ont traité, et jusqu’à 80 % sont incapables de fournir un nom d’utilisateur ou un mot de passe. Une campagne dont 85% des répondants avaient entendu parler, il y avait un “on a été vacciné” concernant la vaccination contre le Covid-19. Le travail de “Cancer. Le cancer. Ça guérit” (48%) et dans le troisième “Ensemble on fait la course contre le diabète” (28%).

La télévision est le support le plus signal

– Le fait que la campagne “vaccination” soit la plus populaire parmi les répondants n’est pas surprenant – déclare la directrice médicale de LoveBrands, Marta Dumaiska. – Il n’y a pas encore eu de campagne de santé de cette envergure en Pologne. Selon les données du Centre d’information de l’État, les fonds alloués au projet ont dépassé 25 millions de PLN. Grâce à ce budget, il a été possible d’utiliser de nombreux canaux de communication différents et d’engager des célébrités. La campagne était visible pratiquement partout : sur les écrans de télévision, les panneaux d’affichage, la presse, Internet, la radio, les centres de santé et même les dépliants d’information placés dans les boîtes aux lettres. Par conséquent, il est très connu – ajoute-t-elle. Par exemple, le 1er juillet 2021, le programme Prophylaxie 40 plus a été lancé, permettant à toute personne de plus de 40 ans de passer des tests spécifiques, sans recommandation d’un médecin de famille ou d’un spécialiste. Cependant, le programme a échoué en raison du manque d’activités promotionnelles.

Pendant ce temps, selon 72 pour cent. Parmi les répondants, la télévision est un média utilisé pour diffuser du contenu pour les campagnes de santé. Il a été particulièrement mentionné par les répondants de plus de 50 ans. Internet a été cité successivement (57%) ; Généralement les médias sociaux ou les cliniques et les établissements médicaux – indiqués par 30 %. répondeurs.

Il y a très peu de campagnes éducatives et médiatiques en Pologne

– Bien que le profil du destinataire de la campagne évolue de manière dynamique, l’essentiel reste la génération dans laquelle la télévision est le média le plus important et le plus crédible – explique Domańska. – Bien que vous puissiez voir que cette tendance est en train de changer, il faut encore du temps. Le facteur de risque le plus important pour les maladies liées à la population est l’âge, de sorte que les jeunes sont moins ciblés par la campagne. Bien que les jeunes tombent moins malades, nous devons travailler sur leurs comportements sains au début de l’éducation. Il vaut mieux prévenir – ajoute Domańska.

Et la majorité des répondants (54%) le pensent Il existe encore très peu de campagnes éducatives et médiatiques en Pologne. De l’avis de jusqu’à 80 pour cent. Des campagnes de ce genre sont nécessaires. Les répondants ont indiqué deux besoins importants : éduquer la communauté (64 %) et le besoin de convaincre la communauté de la prévention (60 %). Les répondants ont identifié trois domaines dans lesquels la campagne manquait cruellement : la santé mentale des enfants (50 %) ; troubles alimentaires (43%); Santé mentale des personnes âgées (40%).

Des groupes de soutien plus importants sur Facebook ou des activités populaires d’influenceurs prêtent attention à la maladie mentale et il n’y a pas de campagne à ce sujet. Comme le soulignent les experts, il existe d’énormes lacunes dans l’éducation psychologique en Pologne, ce qui se traduit par une augmentation du nombre de personnes souffrant de troubles mentaux ou nutritionnels.

La campagne de santé doit être claire et compréhensible

Comme le montre l’analyse des résultats de recherche, il deux niveaux Impact de la campagne sur les bénéficiaires :

  1. Impact sur la sensibilisation et la façon de penser aux problèmes de santé. Voici 72 pour cent. Les répondants soulignent que Les campagnes de santé augmentent la sensibilisation et la sensibilité aux sujets liés à la santé dans la société. 68% pensent que de telles campagnes peuvent affecter la façon dont les gens pensent à certains problèmes de santé.
  2. champ d’activités. ici 62% des répondants ont une opinionTraduire les campagnes en un changement des habitudes de la société et des actions spécifiques (y compris la prévention et la recherche). 50 pour cent indique l’efficacité, et 42% pensent que cela influence les décisions des arbitres (dont le Ministère de la Santé). 51% des répondants ont déclaré que grâce à la campagne, ils ont changé d’état d’esprit ou sont devenus convaincus de la nécessité de mesures pro-santé. Il est annoncé plus souvent par les répondants de plus de 35 ans que par les répondants plus jeunes.

De l’avis de 57 pour cent. intervenants, Selon les répondants, l’efficacité des campagnes de santé est déterminée par un message clair et compréhensible. La participation de l’autorité des médecins (35 %), ainsi que la présence de messages dans la télévision intermédiaire la plus utilisée, ne sont pas sans importance pour les répondants. Le rôle des nouveaux médias ne peut pas non plus être ignoré : Facebook, Instagram, TikTok – cela a été indiqué par le groupe de participants le plus jeune, âgé de 18 à 24 ans. Dans la sphère Internet, selon les participants, Facebook est le meilleur endroit pour mener une campagne (71%). Les portails médicaux (31 %) et Instagram (29 %) ont également été cités.

Une étude intitulée « Les campagnes de sensibilisation à la santé restent-elles dans nos têtes ? Du 1er au 12 février de cette année. Mené par SW Research en utilisant la technologie CAWI dans le panel SW sur un échantillon représentatif de 026 adultes polonais. Date d’achèvement : du 1er au 12 février de cette année.

Leave a Comment